Comment montrer au correcteur que vous maitrisez vos références?

Spread the love

Comment montrer au correcteur que vous maitrisez vos références?

Développez les références !

La difficulté principale du concours de Sciences Po et des Instituts d’Études Politiques est d’assimiler de nombreuses références théoriques, de matières universitaires très diverses et de pouvoir en parler avec un niveau de détail poussé dans une copie. Il est très compliqué pour un lycéen ou un étudiant préparant le concours de lire et de ficher l’ensemble des ouvrages qu’il apprendra dans le cadre de sa préparation au concours.

Lors du concours, les correcteurs sont néanmoins extrêmement sensibles au fait que les références citées soient développées de manière approfondies. N’oubliez pas que les correcteurs sont des enseignants en IEP, disposant d’un haut degré d’expertise et d’exigence. Pour la plupart d’entre eux, ils n’aiment pas que les références soient « survolées ».

Prenons un exemple, vous souhaitez illustrer dans une copie l’idée selon laquelle la part de croyance dans le monde diminue au profit de la montée des idées rationnelles, et fondées scientifiquement.

Exemple 1 : Max Weber observe, notamment dans son ouvrage « l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme » un mouvement de rationalisation du monde, au sein de la civilisation occidentale.

Exemple 2 : Dans l’introduction de son ouvrage « l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme » (1905), le sociologue allemand Max Weber s’interroge sur l’apparition à partir des Lumières de comportements culturels qui tendent à devenir universel, puisque basés sur une logique de rationalité. Il prend notamment comme exemple le domaine de la musique, avec l’apparition des gammes ou de la peinture, avec l’apparition de la perspective.

Les deux exemples illustrent la même idée. Dans le second cas cependant, le candidat est capable de citer :

  • la date de parution de l’ouvrage,
  • la localisation au sein de l’ouvrage cité de l’idée développée,
  • les exemples utilisés par l’auteur lui même pour illustrer son argumentation.

Le correcteur valorisera la copie avec le deuxième exemple au contraire de la copie avec le premier exemple. Ce qui peut sembler minime au niveau d’un seul argument peut avoir des conséquences importantes au niveau de la note finale. Deux copies qui utiliseraient les mêmes idées et arguments mais développeraient différemment les exemples et citations peuvent s’échelonner facilement entre une note de 7/20 ou 8/20 et de 12/20 à 14/20.

Le correcteur acceptera d’ailleurs d’autant plus que vous survoliez certaines références, exemples ou citations si d’autres références de votre copie sont particulièrement bien documentées et détaillées.

Evitez le « Name Dropping »

Outre le fait de ne pas détailler assez les références et exemples cités, un autre défaut agace considérablement les correcteurs. Il s’agit des candidats qui abusent de références, sans les développer.

Si vous cherchez des exemples de Name Dropping, je vous invite à regarder les exemples cités sur Wikipedia.

Si le concours de Sciences Po est une épreuve de réflexion mais également d’érudition (il faut montrer que vous connaissez beaucoup de références), il ne faut pas assommer le correcteur avec trop de noms et de références. D’une part, il y a peu de risque qu’il soit impressionné. Les correcteurs sont souvent d’anciens élèves d’IEPs et connaissent bien les grands auteurs et philosophes généralement cités dans les épreuves de culture générale et de questions contemporaines.

D’autre part, ce que le correcteur attend, c’est que l’argument ou l’auteur invoqué soit au service de votre réflexion et de votre argumentation. Les copies « creuses » en terme de réflexion mais bourrées de références paraissent aux correcteurs extrêmement pompeuses et prétentieuses et sont généralement sanctionnées.

Si vous connaissez plusieurs auteurs ou ouvrages illustrant une même idée, je vous conseille de détailler le premier auteur/ouvrage. Vous pouvez indiquez ensuite une phrase du type « L’auteur X développe aussi ce raisonnement à propos du sujet Y dans son livre Z. ». C’est amplement suffisant. Vous montrez que vous avez plusieurs cordes à votre arc (plusieurs références) mais surtout que vous savez viser juste (développer une référence).

Si vous voulez voir ce que donne ce conseil dans une copie de concours, je vous invite à consulter ma copie de concours à Sciences Po Lille. Elle est accessible ICI.

Préparez vos fiches de lecture en conséquence

Je vous invite donc à préparer vos fiches de lecture dans cette optique.

Lorsque vous réalisez des fiches de lecture sur les ouvrages importants d’un thème, il important selon moi de veiller aux points suivants :

  • respecter le plan de l’ouvrage : cela vous permettra de situer dans quel partie de l’ouvrage ou du raisonnement de l’auteur est développé l’exemple que vous évoquez,
  • retenir des citations importantes et marquantes : si vous développez une idée, vous devez impérativement citer l’auteur ayant écrit et énoncé celle ci. Si vous citez dans quel ouvrage ou article il l’a fait, c’est encore mieux. Si vous ajoutez une citation (entre guillemets), vous gagnerez encore des points !
  • Mettez en évidence des exemples utilisés par l’auteur : cela montrera au correcteur que vous avez bien étudié l’ouvrage et que vous l’avez réellement lu et non pas appris dans un manuel quelconque.
  • Point bonus : je vous conseille aussi, lorsque vous fichez un livre, de réfléchir et de noter les thèmes ou sujets dans lesquels ce livre peut être invoqué.

Si vous cherchez un exemple de fiche, je peux vous conseiller de prendre exemple sur la fiche que j’ai réalisé à propos de l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme dont j’ai tiré les exemples plus haut. Elle est accessible ici.

 

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Fermer le menu